François Hollande, le tonton flingueur de la gauche

© EPA
© EPA

La séquence était censée remettre François Hollande en selle. Une révision constitutionnelle qui marquerait l’unité de la nation contre le terrorisme et puis un remaniement ministériel destiné à former l’équipe de choc qui serait aux commandes de la France jusqu’à la prochaine présidentielle, au printemps 2017.

« Ce sont les soldes ! »

Le spectacle offert ces deux derniers jours dans l’Hexagone étale au contraire l’extraordinaire faiblesse du chef de l’Etat. Mercredi, le vote pour la déchéance de la nationalité des auteurs de crimes et délits terroristes est passé à une majorité plus large que prévu à l’Assemblée. Mais à quel prix ! La gauche comme la droite, aussi divisées l’une que l’autre, sont désormais des champs de ruines, minées par les arrière-pensées et les écuries présidentielles.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct