Les enfants d’Harlan Coben ont grandi,ses angoisses aussi

Les personnages féminins sont les vraies héroïnes de cet ouvrage.
Les personnages féminins sont les vraies héroïnes de cet ouvrage. - Olivier Vigerie.

La famille, les mensonges, les secrets sont au cœur de tous les ouvrages du romancier américain Harlan Coben. Surtout lorsqu’il s’agit, comme ici, d’histoires où n’apparaît aucun de ses héros récurrents. Ce colosse à l’air si solide se laisse alors aller à ses angoisses. Et celles-ci tournent presque toujours autour de sa famille et surtout de ses enfants. Disparitions, enlèvements, petits et grands mensonges ont jalonné son œuvre avec de nouvelles inquiétudes apparaissant à chaque étape de la vie de sa progéniture. « Je crois que ça m’aide à vivre avec mes peurs, nous confiait-il lors d’un passage à Bruxelles. Je ne suis pas vite effrayé dans la vie. Mais dès qu’on a un enfant, on connaît la peur. Il s’agit de nos peurs à tous. C’est pour cela que ça touche tant de gens. (…) Se marier, avoir des gosses, c’est un rêve universel. Mais bien sûr, quand ce rêve devient réalité, on comprend aussi que cela peut tourner au cauchemar.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct