Union européenne: la croisade anti-élargissement lancée par Macron ravive les divisions

«
J’assume d’être minoritaire sur certains sujets. Pardon de ne pas céder à la tyrannie de la majorité ou à la pression de la  bulle 
» européenne
», a martelé Emmanuel Macron en défendant sa position, vendredi à Bruxelles.
« J’assume d’être minoritaire sur certains sujets. Pardon de ne pas céder à la tyrannie de la majorité ou à la pression de la bulle » européenne », a martelé Emmanuel Macron en défendant sa position, vendredi à Bruxelles. - AFP.

Analyse

Isolé. Mais combatif ! « J’assume d’être minoritaire sur certains sujets. Pardon de ne pas céder à la tyrannie de la majorité ou à la pression de la “bulle”  » européenne. Emmanuel Macron a longuement défendu sa position, vendredi à l’issue du sommet européen, endossant sans ciller son immense responsabilité dans le coup d’arrêt infligé à la Macédoine du Nord et l’Albanie, sur leur chemin vers l’adhésion à l’Union européenne.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct