Paul Magnette, président du PS, au charbon: repousser la N-VA, rapprocher les francophones

Dimanche matin, au boulevard de l’Empereur, siège du PS, sous le portait d’Emile Vandervelde
: Paul Magnette prend la clé rouge des mains d’Elio Di Rupo. © Photo News.
Dimanche matin, au boulevard de l’Empereur, siège du PS, sous le portait d’Emile Vandervelde : Paul Magnette prend la clé rouge des mains d’Elio Di Rupo. © Photo News.

Analyse

Elu à la présidence du PS avec 95,4 % des voix parmi les 30 % des militants (la même proportion que lors de la réélection d’Elio Di Rupo en 2014, assure-t-on boulevard de l’Empereur) en ordre de cotisation qui se sont rendus aux urnes vendredi et samedi, Paul Magnette est confronté d’emblée à un choix crucial au fédéral, peut-être à une mission spéciale côté francophone.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct