La géothermie, une énergie encore sous-exploitée à Bruxelles

Des tests réalisés à Tour&Taxis permettent de dire qu’il sera possible de «
chauffer et refroidir 47.000
m
2

», selon le directeur d’exploitation du site, Peter De Durpel.
Des tests réalisés à Tour&Taxis permettent de dire qu’il sera possible de « chauffer et refroidir 47.000 m 2 », selon le directeur d’exploitation du site, Peter De Durpel. - Dominique Duchesnes

Quand on parle de géothermie, on imagine qu’il faut nécessairement des geysers, comme en Islande. C’est faux. La géothermie peut être utilisée partout. » Pierre Gérard, spécialiste géotechnique, sait combien cette énergie renouvelable, peu connue du grand public, fait l’objet de fantasmes. Pourtant, un réservoir d’eau souterraine (appelé aussi aquifère) ou une température du sol de 10 à 15º suffit à chauffer ou refroidir un bâtiment. Professeur à l’ULB, Pierre Gérard est membre de « Brugeo », un projet, financé par la Région bruxelloise et le fonds Feder, ayant pour objectif la valorisation du potentiel géothermique de la Région bruxelloise. « On a une bonne connaissance du sous-sol sur les 100 premiers mètres, mais avec Brugeo, l’objectif est d’aller au-delà et d’analyser la conductivité thermique des roches dures. »

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct