Philippe Close: «Mon intention n’est pas d’interdire les actions d’Extinction Rebellion à Bruxelles»

Place Royale, la manifestation a été tolérée, explique Philippe Close.
Place Royale, la manifestation a été tolérée, explique Philippe Close. - Pierre-YVes Thienpont.

Salle comble, au conseil communal de la Ville, ce lundi. La séance s’est ouverte par une interpellation citoyenne, à plusieurs voix, sur les violences policières. En cause, l’intervention de la police lors d’Extinction Rebellion, le 12 octobre dernier, mais aussi lors d’autres manifestations ou actions citoyennes. « La répression policière n’est pas une réponse, quelle solution nous proposez-vous ? N’attendez pas que des drames se multiplient. On a besoin de sécurité, pas de violence », a lancé l’un des interpellants. Au micro se sont relayés des citoyens engagés dans l’accueil des migrants, des jeunes et seniors manifestant pour le climat…

A leur suite, les conseillers de la majorité et de l’opposition ont pris la parole. « Des sprays au poivre, c’est ça votre réponse aux jeunes qui manifestent contre le climat ? », a demandé Mathilde El Bakri (PTB). « C’est une catastrophe pour l’image de la Ville », a estimé David Weytsman.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct