L’Eglise sanctionne davantage ses prêtres abuseurs

L’Eglise sanctionne davantage ses prêtres abuseurs
D.R.

La semaine dernière, on apprenait que l’abbé Mathieux avait été renvoyé de l’état clérical en raison de crimes pédophiles prescrits, qui remontent aux années 70. Gabriel Frippiat, l’une de ses victimes, a en effet reçu une missive du Vatican en ce sens. La même semaine, un frère de la communauté œcuménique de Taizé a été arrêté et placé en détention pour des faits de « viol et agression sexuelle ». C’est le prieur de la communauté qui a alerté les autorités judiciaires. Une autre communauté, celle des Frères de Saint-Jean, consacre pour sa part une semaine de réflexion à son histoire, et surtout à son fondateur défunt, Marie-Dominique Philippe, accusé d’abus sexuels par de nombreuses femmes. La prise de conscience concernant les faits d’abus sexuels est-elle en train de s’opérer au sein de l’Eglise ? Les sanctions deviennent-elles plus sévères et systématiques ?

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct