Offensive en Syrie: l’Otan sens dessus dessous

Retrait de troupes américaines du nord de la Syrie, le 21octobre
: «
Il est absolument vain de chercher à cacher qu’il y a des désaccords entre Alliés sur la situation
», a reconnu le secrétaire général de l’Alliance. Jens Stoltenberg.
Retrait de troupes américaines du nord de la Syrie, le 21octobre : « Il est absolument vain de chercher à cacher qu’il y a des désaccords entre Alliés sur la situation », a reconnu le secrétaire général de l’Alliance. Jens Stoltenberg. - Reuters.

éclairage

Deux coups bas et une trahison. Entre… Alliés ! La réunion des pays de l’Otan, jeudi et vendredi au QG de l’Alliance à Bruxelles, s’ouvre sous d’étranges auspices. Les derniers avatars des guerres en Syrie jettent une lumière crue sur la défaillance de l’Occident dans une région voisine de l’Europe. La Russie de Vladimir Poutine triomphe et conforte le régime criminel de Damas. Les djihadistes de Daesh risquent de reconstituer leurs forces. « Nos intérêts sécuritaires sont affectés par l’action d’un Allié (la Turquie, NDLR) et par le retrait d’un autre (les Etats-Unis) », grince une source diplomatique européenne.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct