Zuckerberg offre de maigres assurances sur le projet de cryptomonnaie Libra

Zuckerberg offre de maigres assurances sur le projet de cryptomonnaie Libra

Les arguments développés par Mark Zuckerberg, CEO de Facebook, devant les membres du Congrès américain pour défendre le projet de cryptomonnaie Libra n’auront pas dû plaire aux Européens. Pendant plusieurs heures, le fondateur du réseau social aura mis en avant le « leadership financier » des Etats-Unis pour promouvoir ce qu’il a défini comme un « système de paiement », sans jamais dire si oui ou non le projet pouvait être qualifié de « monnaie ».

La Libra sera adossée à un panier de devises. Mais la France craint que si une devise est favorisée par rapport à d’autres (s’il y a plus de dollars adossés que d’euros), cela puisse avoir un impact sur les taux de change, avec un ricochet évident sur le commerce et l’industrie des pays concernés.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct