Thierry Breton, le choix de raison d’Emmanuel Macron

Thierry Breton, PDG du géant informatique Atos, a été proposé par Macron au poste de commissaire refusé à Sylvie Goulard par le parlement européen.
Thierry Breton, PDG du géant informatique Atos, a été proposé par Macron au poste de commissaire refusé à Sylvie Goulard par le parlement européen. - REUTERS.

Les proches d’Emmanuel Macron répétaient ces derniers jours qu’il restait plusieurs noms sur la « short list ». Et confirmaient que le palais ne retenait pas que les profils de femmes pour veiller à la parité. Celui de Michel Barnier, le négociateur du Brexit, revenait le plus souvent. « D’habitude, on dit ça de façon convenue, mais là, il a vraiment abattu un boulot foooormi-da-ble », flattaient avec les mêmes mots les eurodéputés « Renew » Nathalie Loiseau et Stéphane Séjourné. C’est pourtant un plan B que l’Elysée a fini par proposer à la future présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen. Un plan B comme Breton, Thierry Breton.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct