Bruxelles: 25 à 30% des égouts sont en mauvais état

Le travail d’égoutier est particulièrement pénible
: les conduits sont exigus, insalubres, inondables.
Le travail d’égoutier est particulièrement pénible : les conduits sont exigus, insalubres, inondables. - Dominique Duchesnes.

A deux, trois, parfois neuf mètres sous l’asphalte serpentent les égouts. Deux mille kilomètres de réseau pas toujours très vaillant. « On estime que 25 à 30 % des canalisations sont en mauvais état », confirme Olivier Broers, directeur Etudes et Investissements chez Vivaqua. En clair, des travaux de rénovation s’imposent. Où ? De quelle ampleur ? La réponse ne coule pas de source. « La moitié des égouts n’a pas encore été examinée », explique Laurence Bovy, directrice générale de l’intercommunale. « Concrètement, nous n’en connaissons ni le degré de vétusté ni la pathologie éventuelle des conduits. On a mis dix-huit ans pour contrôler 55 % des infrastructures, nous visons les 100 % d’ici 2024. »

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct