Résultats: Des petites victoires incomplètes, mais une nouvelle citoyenneté

Mobilisés sur la place Tahrir, les Égyptiens ont fait tomber Moubarak en 2011, mais ils ont vu arriver al-Sissi en 2013.
Mobilisés sur la place Tahrir, les Égyptiens ont fait tomber Moubarak en 2011, mais ils ont vu arriver al-Sissi en 2013. - EPA

Oui, on a vu le pouvoir reculer dans différents de pays, annuler des mesures impopulaires, détaille Frédéric Thomas du Cetri. Les hausses de prix ont été supprimées en Haïti, au Liban, en Équateur, eu Chili. La candidature de Bouteflika a été retirée en Algérie… Mais il s’agit souvent de petites victoires symboliques, incomplètes, car l’architecture du système n’a pas bougé. Et on sait que le pouvoir va, un peu plus tard, revenir à la charge ».

Le système de base se maintient

« Au Chili, le président Piñera reste un des hommes les plus riches du pays, ajoute Geoffrey Pleyers de l’UCL. Il a promis quelques changements, un relèvement des pensions qui ne permettent même pas aux gens de survivre, mais le système des fonds de pensions privatisés, qui est à la base du capitalisme chilien, n’est pas remis en cause ».

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct