Jolien D’hoore, cheffe de rayons

© Bruno D’Alimonte.
© Bruno D’Alimonte. -

Ses deux côtes fracturées il y a quinze jours lors de la manche de Coupe du monde de Hong-Kong, ne sont plus qu’un mauvais souvenir, assure-t-elle. En ce début février, entre deux déplacements à l’étranger, où elle passe dix mois par an, Jolien D’hoore est venue, comme souvent, répéter ses gammes sur la piste du « Wielercentrum Eddy Merckx » de Gand, immense vaisseau posé sur le site du Blaarmeersen où les roulent-en-rond du nord du pays viennent se gaver de sensations vertigineuses et martyriser leurs jambonneaux.

« Cette chute, c’était vraiment la première sérieuse depuis que je roule à vélo, dit-elle, l’œil pétillant et le sourire amène. Et elle ne m’a pas empêché de repartir ; moi, tant que j’ai deux jambes, je continue ! J’évite d’y penser, j’ai déjà tourné le bouton. Il faut que j’avance. »

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct