Extrême droite: qui fait le jeu de qui?

Extrême droite: qui fait le jeu de qui?

Quarante-quatre… c’est le pourcentage de suffrages que Marine Le Pen pourrait recueillir, aujourd’hui, selon plusieurs instituts de sondages, au deuxième tour d’une élection présidentielle en France qui l’opposerait à Emmanuel Macron. Neuf points de plus qu’il y a deux ans et demi. Et 31 % de ces électeurs seraient prêts à voter pour elle (sûrement/probablement) au premier tour.

Pourquoi une telle progression ?

En partie parce que beaucoup de ceux qui affichent une hostilité à son endroit, fût-ce inconsciemment, lui réchauffent systématiquement sa soupe : voilà que l’épouse de Lionel Jospin, Sylviane Agacinski, opposée à la gestation pour autrui (GPA) est interdite de conférence à l’université Montaigne de Bordeaux sous la pression de groupes d’extrême gauche et LGBT. Voilà que, sous la menace des mêmes, doit être annulé à la Sorbonne un séminaire consacré aux phénomènes de radicalisation. L’extrême droite se frotte les mains.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct