Le marché immobilier belge bat des records

Le marché immobilier belge bat des records

C’est dans la capitale que la hausse du nombre de transactions a été la plus marquée cet été : +7,6% par rapport au troisième trimestre 2018. En Flandre, elles ont grimpé de 5,4%, dans le sud du pays, c’est plus limité : + 1,7%. Mais globalement, depuis que le baromètre des notaires existe (depuis 2007), jamais un été n’aura connu un marché immobilier aussi dynamique. La grande forme de celui-ci ne se limite toutefois pas à la période estivale puisque durant les neuf premiers mois de l’année, le nombre de transactions a grimpé de 6,6% par rapport aux neuf premiers mois de 2018.

Comment expliquer ce dynamisme ? Principalement grâce à des éléments extérieurs. « L’augmentation est essentiellement due à des éléments connus comme la faiblesse des taux d’intérêts hypothécaires, les rendements faibles et incertains des placements alternatifs, etc. », analyse Renaud Grégoire, le porte-parole de notaire.be.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct