Parti travailliste: faire tomber le gouvernement

Parti travailliste: faire tomber le gouvernement

Le Parti travailliste n’a cessé de réclamer des élections législatives anticipées depuis le dernier scrutin de juin 2017 et son Parlement sans majorité. Mais pour provoquer ce scrutin anticipé, Jeremy Corbyn a attendu d’être au pied du mur, presque forcé de soutenir la proposition de loi déjà appuyée par les Ecossais du SNP et les libéraux-démocrates. Ne pas le faire aurait laissé le champ libre aux accusations de freiner le processus démocratique. « J’ai dit que je soutiendrai une élection quand une sortie sans accord de l’UE serait écartée », a débité hier le chef de file du Parti travailliste au pupitre de la Chambre des communes. « Cette fois, c’est fait. (…) Nous allons maintenant mener la campagne la plus ambitieuse pour un vrai changement dans ce pays. » Problème : si on se fie aux sondages actuels, les travaillistes pourraient perdre 40 à 60 sièges. Le Labour risque gros avec une élection dans ce contexte, sans position claire sur le Brexit, sinon l’organisation d’un référendum.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct