Antoinette Spaak au «Soir»: «Le départ de Charles Michel, c’est un abandon de poste»

«
Je pense qu’il n’y avait aucune raison valable qui justifie ce départ précipité.
» © Dominique Duchesnes.
« Je pense qu’il n’y avait aucune raison valable qui justifie ce départ précipité. » © Dominique Duchesnes.

ENTRETIEN

Antoinette Spaak, 91 ans, a vu le pays se sortir de nombreuses impasses. Mais là, elle s’inquiète, s’énerve même. Elle en veut à Charles Michel d’être parti « sans prévenir personne » et se demande comment sortir de l’impasse actuelle au fédéral.

Il se dit que vous n’êtes pas enchantée de la manière selon laquelle Charles Michel est parti.

Il est parti de très mauvaise façon. C’est un abandon de poste. Il aurait dû expliquer ses intentions un mois à l’avance. Mais au lieu de cela, dire un soir qu’on veut partir et le faire le lendemain, c’est regrettable. Le vendredi, le jour même des festivités pour la princesse Elisabeth, il dit qu’il part et le lendemain il est parti. Il a préparé sa sortie dans le secret le plus absolu, dans une solitude totale, et on ne l’a finalement entendu que pour dire que son gouvernement avait été exemplaire. Désolée, mais ça ne se fait pas ! Je trouve que c’est vraiment dommageable pour l’idée que les gens se font de la politique et de la Belgique, un pays qui n’est pas capable de se trouver un gouvernement, dont le Premier ministre part précipitamment sans avertir personne et dont le seul propos consiste à dire que son gouvernement a été le meilleur depuis très longtemps. Une fois de plus, les citoyens ne vont pas comprendre ce genre d’attitude.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct