Au Liban, les manifestants célèbrent la démission du Premier ministre

Les manifestants ont célébré dans la joie, dans les rues de Beyrouth, l’annonce de Saad Hariri. Ils ont obtenu gain de cause sur une de leurs principales revendications. Mais leur colère vise plus globalement l’ensemble de la classe politique.
Les manifestants ont célébré dans la joie, dans les rues de Beyrouth, l’annonce de Saad Hariri. Ils ont obtenu gain de cause sur une de leurs principales revendications. Mais leur colère vise plus globalement l’ensemble de la classe politique. - EPA.

Le discours télévisé du Premier ministre Saad Hariri, le visage livide, n’a duré que quelques minutes. Le temps de dire qu’arrivé face à une impasse, il offrait sa démission. Arrivé au pouvoir en 2009 après l’assassinat de son père, lui-même déjà premier ministre, Saad Hariri a déjà démissionné deux fois : en 2011 sous la pression du Hezbollah et en 2016 lors d’un mystérieux séjour en Arabie Saoudite. A chaque fois, le chef du gouvernement était revenu au pouvoir mais, aux journalistes libanais qui l’attendaient à la fin de son discours ce mardi, il s’est dit « soulagé ».

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct