Nadine Monfils et le facteur Cheval

«
Sauver le monde relève de l’utopie, mais on peut toujours essayer.
»
« Sauver le monde relève de l’utopie, mais on peut toujours essayer. » - Melania Avanzato.

Pour raconter le facteur Cheval et son rêve abouti de Palais idéal, il faut un grain de folie. Nils Tavernier, en réalisant L’incroyable histoire du facteur Cheval, en a manqué, malgré la forte présence de Jacques Gamblin dans le rôle principal. Nadine Monfils, lectrices et lecteurs le savent, n’a jamais hésité, au contraire, à secouer les branches les plus improbables de ses romans et à y poser ses personnages en équilibre précaire.

Le rêve d’un fou, titre éloquent s’il en est, aborde donc le personnage de l’intérieur, par sa face probablement la plus difficile à escalader mais aussi celle qui délivrera sa vérité. Une vérité, au moins, car l’autrice a pris quelques libertés avec la biographie réelle pour mieux aller à l’essentiel.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct