Marée noire au Brésil: un tanker battant pavillon grec suspecté

Employés municipaux et volontaires se démènent sans relâche contre la marée noire - ici, sur une plage de l’Etat de Bahia.
Employés municipaux et volontaires se démènent sans relâche contre la marée noire - ici, sur une plage de l’Etat de Bahia. - Reuters.

Ce sont de courtes vidéos postées sur les réseaux sociaux qui montrent le mieux la fatigue et le désespoir des habitants du nord-est du Brésil face à la marée noire qui a pollué près de 2.500 km de côtes depuis le 30 août dernier. On y voit des pêcheurs qui luttent, sans autre aide que leurs barques et leurs filets, contre des nappes de pétrole. D’autres vidéos montrent des volontaires sur les plus belles plages du Brésil qui empilent des sacs noirs et les jettent dans des décharges.

A quelques semaines du début de la saison touristique, la catastrophe écologique, qui a également pollué 14 réserves écologiques pour la faune marine, est aussi un désastre économique pour la région. Les témoignages qui accompagnent ces vidéos ne varient guère : tous disent leur colère face à l’inaction des autorités fédérales, qui n’ont pas déclenché le plan de prévention contre les marées noires, un plan que le Brésil avait pourtant mis en place depuis 2013.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct