Le «règne de terreur» imposé par Donald Trump au Grand Old Party

Au sein du parti républicain, les rangs des adversaires de Trump sont clairsemés.
Au sein du parti républicain, les rangs des adversaires de Trump sont clairsemés. - REUTERS

Donald Trump les appelle sa «  première ligne de défense  ». Les élus républicains du Congrès montent au front en rangs serrés, qu’ils fussent minoritaires à la Chambre des représentants ou, au plus grand soulagement du président américain, majoritaires au Sénat, ce qui lui garantit une étanchéité relative vis-à-vis de la procédure de destitution enclenchée formellement jeudi à la Chambre.

Toute la question consiste à savoir si le navire républicain restera à flot, jusqu’à une éventuelle réélection de Trump en novembre prochain. Les voies d’eau pourraient se multiplier à l’aune des révélations portant les abus de pouvoir, les obstructions à la justice et les conflits d’intérêts que va exhumer l’enquête publique pour destitution qui s’est ouverte sur la colline du Capitole.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct