Bernauer Strasse, la frontière invisible

Bernauer Strasse, la frontière invisible

Thorsten a préféré rester anonyme. Le jeune père de famille berlinois d’origine est « plutôt de gauche », favorable à la mixité sociale et à une politique d’intégration. Mais il ne voulait pas scolariser ses enfants dans le quartier ou il habite, à Wedding, dans l’ancien « secteur français ». « On s’est installé ici à cause des loyers abordables. Mais je refuse de placer mes enfants dans une école où plus de 95 % des élèves sont issus de l’immigration », explique-t-il.

« Le niveau d’éducation est trop faible », dit-il. Thorsten a donc cherché une école publique de « l’autre côté », à Prenzlauer Berg dans l’ancien secteur soviétique, qui est devenu en vingt ans le quartier « bobo » des architectes, des journalistes, des comédiens et des universitaires.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct