Avec Sylvain Prudhomme, le jury du Femina ratisse large

Avec Sylvain Prudhomme, le jury du Femina ratisse large

Sylvain Prudhomme est, depuis 2012 et le Prix Louis-Guilloux pour Là, avait dit Bahi, un écrivain que l’on suit avec plaisir. Différents jurys l’avaient fait savoir. Ceux des prix Georges-Brassens et de la Porte Dorée pour Les grands (2014), ceux des prix François-Billetdoux et Révélation de la Société des gens de lettres pour Légende (2016). Les jurées du Femina leur ont cette année emboîté le pas en suivant, après les lecteurs du Prix Landerneau, l’écrivain Par les routes, un superbe roman placé, par son titre, à l’enseigne de Kerouac. Mais il puise aussi dans le registre d’une sensibilité toute personnelle qui semble avoir touché les lectrices dans leur ensemble : un tour a suffi à l’élire, alors que d’autres ouvrages, et non des moindres, avaient été retenus dans la dernière sélection – pour mémoire, ceux de Dominique Barbéris, Michaël Ferrier, Luc Lang, Alexis Ragougneau et Monica Sabolo.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct