Roland Emmerich: «Si vous ne racontez rien, c’est purement décoratif»

«
C’est pas mal de rappeler aux gens qu’il fut un temps où de jeunes Américains ont défendu la démocratie, ont combattu le fascisme, et que ça a coûté énormément de vies.»
« C’est pas mal de rappeler aux gens qu’il fut un temps où de jeunes Américains ont défendu la démocratie, ont combattu le fascisme, et que ça a coûté énormément de vies.» - DR

Voilà près de vingt ans qu’il en rêvait de ce film ! Et qu’il est même passé à deux doigts de le mettre en chantier. A l’époque de son Godzilla , Roland Emmerich venait en effet de conclure un gros deal avec Columbia TriStar, et l’un des boss avait alors trouvé son idée plutôt fantastique. D’autant que l’homme était ami avec William Goldman, que ce dernier était un des auteurs préférés de notre exilé allemand qui, lui, rêvait de l’avoir pour scénariste. « Le patron l’a appelé devant moi et trois jours plus tard, je le rencontrais à New York, nous raconte-t-il. C’était super cool, surtout qu’il a lui aussi aimé cette idée de Midway. »

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct