Le retour sur considération de Jean-Jacques Cloquet

Lorsqu’il parle de son entreprise, Jean-Jacques Cloquet n’utilise jamais le «
je
», toujours le «
nous
».
Lorsqu’il parle de son entreprise, Jean-Jacques Cloquet n’utilise jamais le « je », toujours le « nous ». - Mathieu Golinvaux.

Lorsqu’il quitte l’aéroport de Charleroi, fin de l’année passée, Jean-Jacques Cloquet rend les clés d’une entreprise qui se porte plutôt bien : certes les bénéfices sont en baisse, mais le record de 8 millions de passagers vient d’être franchi, près de 200 destinations sont proposées par 9 compagnies. Un bilan récompensé par le titre de Manager de l’année 2018. Une consécration pour sa gestion de l’entreprise, mais aussi et surtout pour celle des travailleurs et le climat qu’il a réussi à instaurer dans la structure. « Ça reconnaît un type de management. C’est ce que le jury m’a expliqué à la remise du prix », raconte fièrement le carolo d’adoption. Il faut dire que de ce côté, Jean-Jacques Cloquet a quelques arguments à faire valoir : le turnover est très faible au sein des 700 collaborateurs, l’absentéisme est sous la barre des 3 % et en dix ans, pas une seule journée de grève à déplorer. Pour lui, cela s’explique par choix d’un style de management bien à lui, essentiellement centré autour de l’humain.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct