A Bruxelles, les pompiers de plus en plus confrontés à l’agressivité

Il arrive que des interventions pourtant salutaires doivent se faire sous escorte policière.
Il arrive que des interventions pourtant salutaires doivent se faire sous escorte policière. - Photo News

Il y a près d’un an, lors de la Saint-Sylvestre, les rétroviseurs et le pare-brise d’une autopompe volaient en éclats à la suite de jets de projectiles. Trois autres équipes étaient également victimes d’agressions verbales et physiques. Plus récemment, au mois d’août, un pompier se faisait frapper en plein visage lors d’une intervention à Laeken. Ce mardi en commission des Affaires intérieures, et en réponse à une question de la députée Françoise Schepmans (MR), Pascal Smet (SP.A), secrétaire d’État à la Région de Bruxelles Capitale, a donné des précisions sur le nombre de faits récemment commis à l’encontre des pompiers bruxellois. Ceux-ci sont en augmentation. En 2014, on en comptait 4. Les compteurs s’envolent en 2017 où 21 faits sont recensés. Pour cette année, on en compte 32 à la mi-octobre.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct