Cyclisme: Wout van Aert, rude tel un Flandrien

Cyclisme: Wout van Aert, rude tel un Flandrien

En ces premiers souffles d’automne, ses énergies lui permettent de faire du vélo durant trois heures maximum. Pour Wout van Aert, c’est très peu, et beaucoup à la fois. Le Campinois n’est certes pas encore capable de s’astreindre à un programme d’entraînement soutenu, encore moins d’établir un calendrier de progression physique, mais il a retrouvé le sourire. Au diable ces béquilles qu’il tolérait sans les accepter, le coureur d’Herentals a renoué avec sa petite reine, forcément bien plus séduisante. « Il y a quinze jours, j’ignorais encore de quoi demain serait fait » admet-il, soulagement perceptible dans un regard perçant. Le titre de « Flandrien 2019 », conquis au bout du suspense (un tout petit point d’avance sur son dauphin, Remco Evenepoel), dégage évidemment un parfum très particulier, une forme de revanche sur ce destin qui l’a douloureusement plaqué sur le bitume palois, dans un virage a priori anodin du contre-la-montre du Tour de France.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct