Long live the life that burns the chest Un solo charnel, sincère, attachant

<span>Long live the life that burns the chest</span> Un solo charnel, sincère, attachant
Veljo Poom

Après une adaptation tout en spasmes et frénésie de L’éveil du printemps , la pièce de Frank Wedekind sur une bande d’adolescents s’éveillant à la sexualité dans l’Allemagne puritaine du XIXe siècle, Armel Roussel poursuit son exploration de l’amour et du désir chez les jeunes mais, cette fois, sur un mode beaucoup plus apaisé.

Seul sur la scène, le comédien estonien Jarmo Reha porte avec une douce incandescence les questions et tourments de sa génération. Avec le metteur en scène belge, ils ont trimballé leurs incertitudes en Inde, au Japon et au Sénégal, à la rencontre de jeunes acteurs pour interroger avec eux les tabous, les codes, les diktats, les zones d’ombre ou de liberté qui régissent la place du corps et du sexe dans leur culture.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct