Activités du cimentier Lafarge en Syrie: pas de poursuites pour «crimes contre l’humanité»

L'usine francaise du cimentier Lafarge en Syrie.
L'usine francaise du cimentier Lafarge en Syrie. - MAXPPP

C’était le plus gros chef d’inculpation contre le cimentier Lafarge, dont le groupe GBL est actionnaire. La prévention de « complicité de crimes contre l’humanité » a finalement été abandonnée ce jeudi par la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris. « C’est la correction d’une décision totalement infondée », se sont satisfaits les avocats du groupe. Ce qui n’a pas empêché LafargeHolcim, le groupe né en 2015 de la fusion entre Lafarge et le suisse Holcim, de faire profil bas à l’issue de cette première bataille gagnée. Dans un communiqué, il a aussitôt réitéré ses « regrets » pour les « erreurs inacceptables commises en Syrie ».

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct