Brigitte Raskin: «La frontière linguistique, un mur social, pas géographique»

«
Le communautaire version 2019 n’a plus rien à voir avec la langue. C’est uniquement lié à l’argent
», juge Brigitte Raskin.
« Le communautaire version 2019 n’a plus rien à voir avec la langue. C’est uniquement lié à l’argent », juge Brigitte Raskin. - Olivier Polet.

entretien

Depuis 1963, la frontière linguistique sépare officiellement Flamands, Wallons et Bruxellois. Tout le long, ni mur ni barbelés. On se croise à la boulangerie, aux kermesses, et on se marie. Habitante d’Overijse depuis le début des années septante, Brigitte Raskin est aux premières loges. Elle n’a qu’à traverser sa rue pour se retrouver en territoire francophone à La Hulpe. Une réalité quotidienne que la romancière et historienne a décidé d’étudier dans le cadre de son livre De Taalgrens, of wat de Belgen zowel verbindt als verdeelt (pas traduit en français, Davidsfonds, 2012).

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct