Un monde de murs: la Belgique aussi a des barrières

Frontière linguistique et embrouillamini, comme à Fouron.
Frontière linguistique et embrouillamini, comme à Fouron. - D.R.

La Belgique n’est pas coupée en deux – quoique... Elle n’a pas érigé de mur pour repousser qui que ce soit. Elle n’est pourtant pas sans obstacles, sans limites, qui s’imposent à ses propres populations. C’est la frontière linguistique, qui sinue à travers le pays et divise Flamands et francophones. C’est le plafond de verre, sorte de blocage socio-économique des moins nantis, barrière que les universités ne parviennent pas à briser. C’est le sexisme latent qui limite toujours en partie l’accès des femmes à l’espace public. Ou encore ces domaines résidentiels clôturés qui ont, timidement il est vrai, fait leur apparition à Bruxelles.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct