Le off de la semaine: le courage des matinaliers

Il avait brusquement disparu des écrans au printemps dernier. Nathanaël de Rincquesen a enfin donné de ses nouvelles en confiant la raison de cette subite absence. Le 1er mai 2019, en fin d’après-midi, il est victime d’un AVC à la terrasse d’un café parisien. Il doit sa survie à la rapidité de réaction de son épouse et à la prise en charge très professionnelle du Samu. Aujourd’hui, il va bien. Mais il a changé de vie. À 47 ans, il envisage l’avenir autrement. Le journaliste de France 2 illustre à sa façon le courage de ce qu’on appelle dans le jargon radio/télé les « matinaliers ». Lui se levait à trois heures du matin pour rejoindre l’équipe de « Télématin ». À l’heure où tout le monde dort, animatrices, chroniqueurs, présentateurs des journaux se lèvent en pleine nuit, sacrifiant ainsi leur vie sociale et familiale. Ils arrivent… et finissent tôt. Durant des années, ils vivent un peu à contre-courant. Ce sont les forçats de l’information… qui en payent parfois chèrement le prix côté santé.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct