A Bruxelles, deux réseaux pour dix hôpitaux: intenses transactions en coulisses

Les hypothèses les plus créatives sont sur la table mais il n’est pour l’heure pas possible que des hôpitaux publics s’unissent au Chirec, qui est privé.
Les hypothèses les plus créatives sont sur la table mais il n’est pour l’heure pas possible que des hôpitaux publics s’unissent au Chirec, qui est privé. - Belga.

Le temps presse pour les hôpitaux du Royaume qui doivent, pour le 1er janvier, se regrouper en (maximum) vingt-cinq réseaux dits « loco-régionaux . Objectif : rationaliser et optimiser l’offre de soins. Bruxelles a droit à quatre « pôles » ; deux d’entre eux sont déjà constitués, l’un, catholique, autour de Saint-Luc (avec Saint-Jean), l’autre, néerlandophone avec l’UZ Brussel (et des hôpitaux flamands).

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct