Marc Filipson: «Filigranes, c’est un lieu de destination»

Marc Filipson: «Filigranes, c’est un lieu de destination»
Pierre-Yves Thienpont/ LeSoir

Marc Filipson

« Je suis quelqu’un qui donne et qui partage. Je suis un papy heureux. Je profite de la vie. Je stresse toujours autant qu’avant quand je prépare un événement ou quand je reçois un auteur. Mais je m’apaise aussi vite que je m’excite ou m’énerve. Aujourd’hui, je suis un sage, j’ose le dire. » Sourcils sceptiques. « Je vais tous les ans, en février, en Inde, je fais un stage. Non, en fait, je ne suis pas un sage, disons que je m’assagis. »

Instituteur de formation, il n’a pas fait long feu à l’école, préférant vendre des journaux et magazines rue de l’Industrie. Des livres aussi, parfois, comme quand il force (le trait est à peine forcé) ses clients à prendre aussi Inconnu à cette adresse, dont il a acheté 6.000 exemplaires à l’éditeur.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct