Les passerelles imposent leurs courbes dans le paysage urbain

Légère, La Belle Liégeoise apparaît comment un trait de crayon au-dessus de la Meuse.
Légère, La Belle Liégeoise apparaît comment un trait de crayon au-dessus de la Meuse. - Pierre-Yves Thienpont.

De loin, elle s’apparenterait presque à un simple coup de crayon sur une esquisse des courbes de la Meuse à Liège. La passerelle cyclo-piétonne « La Belle Liégeoise » qui relie le quartier des Guillemins au parc de la Boverie donne l’impression d’avoir été conçue pour ne pas déranger le paysage. Sa finesse découle pourtant d’un geste architectural fort que l’on retrouve par ailleurs dans d’autres villes wallonnes qui sont de plus en plus nombreuses à faire le pari de ces nouvelles infrastructures surplombant les cours d’eau.

Alors que Namur attend de pouvoir franchir l’Enjambée (lire ci-contre), Thuin vient, après 10 ans d’attente, de réceptionner sa passerelle installée au-dessus de la Sambre.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct