La Turquie renverra désormais les djihadistes étrangers

Recep Erdogan est attendu à Washington mercredi.
Recep Erdogan est attendu à Washington mercredi. - AFP.

Les renvois de combattants terroristes étrangers ont commencé » : ainsi la Turquie a-t-elle présenté lundi ce qui ressemble fort à une opération visant à mettre la pression sur les Etats occidentaux – principalement Européens – peu enclins à récupérer leurs citoyens partis rejoindre le groupe Etat islamique en Syrie.

Les annonces du porte-parole du ministère turc de l’Intérieur, Ismail Çatakli, à l’agence officielle Anadolu sont à la fois précises et équivoques. Selon ce responsable, la Turquie a commencé lundi matin par « expulser » (il n’a pas précisé vers où) un citoyen américain identifié comme « combattant terroriste étranger » – une terminologie vague qu’Ankara ne réserve pas uniquement aux membres de Daesh.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    À la Une du Soir+