Deep are the woods Déboussolant!

<span>Deep are the woods</span> Déboussolant!

Foncez, les yeux fermés, expérimenter Deep are the woods d’Éric Arnal Burtschy. Enfin, quand on dit « les yeux fermés », c’est une façon de parler parce qu’il va vous falloir écarquiller les mirettes pour découvrir cette expo-spectacle d’un genre inédit.

Après vous être déchaussés dans un sas à l’entrée, vous pénétrez dans une chambre obscure, comme dans un trou noir. « Les gens sont pieds nus sur une moquette noire ce qui donne une impression enveloppante, précise le créateur. On propose aux gens de s’allonger au début mais après, ils peuvent se lever, bouger, déambuler. » Très vite, une lumière vient flotter au milieu de ce vide. Des faisceaux lumineux vous caressent la peau, vous encadrent, vous esquivent. Vous décidez de vous allonger sous un océan de lumière ou vous flânez au milieu d’un tourbillon, comme dans l’œil d’une tornade.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct