Kronos Quartet: «Nous fonctionnons à l’instinct»

Une des grandes forces du Kronos Quartet est sans conteste son répertoire, aussi large que riche, qui s’encombre peu des frontières.
Une des grandes forces du Kronos Quartet est sans conteste son répertoire, aussi large que riche, qui s’encombre peu des frontières. - Jay Blakesberg

Les nappes sonores lancinantes de Requiem For a Dream ; des centaines de créations d’œuvres, notamment d’Arvo Pärt, Philip Glass ou Steve Reich ; et d’autres incursions dans la pop culture avec par exemple le générique de La Grande Belezza. En une quarantaine d’années, le Kronos Quartet est devenu l’une des figures majeures de la création contemporaine, réussissant parfaitement à jongler entre répertoire classique et plus populaire.

Depuis 1973, l’ensemble fondé à Seattle par le violoniste David Harrington (et depuis basé à San Francisco) a en effet révolutionné le répertoire du quatuor à corde, et de ce fait le rapport de celui-ci avec le public. Une des grandes forces du Kronos Quartet est sans conteste son répertoire, aussi large que riche, qui s’encombre peu des frontières.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct