Nobel de la dette

André Antoine (CDH) ne croit pas à la générosité de l’Europe pour la Wallonie : « Aujourd’hui, personne ne répond, mais quand le fédéral et la Commission verront notre niveau d’endettement, ils nous demanderont d’abord de le maîtriser. » Le député humaniste a fait les comptes : avec les déficits annoncés pour 2019 et 2020, la dette wallonne va gonfler de plus de trois milliards et passera même le cap des 30 milliards s’il faut financer les investissements additionnels. « Vous méritez le Nobel de la dette », a lancé l’élu au ministre Jean-Luc Crucke (MR). Mais ce prix pourrait être partagé. Désormais critique sur la dette, Antoine louait autrefois « l’impact des investissements publics productifs ». Chantre du déficit assumé, Crucke ne jurait que par l’équilibre il y a un an à peine. Tout et son contraire.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct