Carte blanche: augmenter le taux d’emploi belge sans choc idéologique, c’est possible

Stijn Baert est professeur d'économie du travail à l'Université de Gand.
Stijn Baert est professeur d'économie du travail à l'Université de Gand. - DR

Le miracle est arrivé. Les partis fédéraux qui devront déterminer la politique au cours des prochaines années ont en fait trouvé une ambition sur laquelle ils s’entendent. A savoir : le taux d’emploi doit être relevé (DS 12 novembre).

Cela ne devrait pas être une surprise. L’augmentation du taux d’emploi entraînera en permanence une diminution des dépenses publiques, parce qu’il y a moins de personnes qui doivent recevoir des prestations, et plus de revenus (fiscaux). Le fait que presque tous les partis trouvent cela plus attrayant que des économies substantielles ou même plus d’impôts est logique.

Confédérés

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct