Cigarette électronique: «Il faut suspendre les produits à l’origine de décès»

«
La législation n’est que peu respectée
», selon Catherine Fonck. © Belga.
« La législation n’est que peu respectée », selon Catherine Fonck. © Belga.

La balance entre vertus et dangers de la cigarette électronique tiennent en haleine les acteurs de la santé publique depuis plusieurs années. Mais le brutal décès d’un jeune homme belge de 18 ans, emporté il y a quelques jours par un coma consécutif à une pneumonie, pourrait pousser les autorités à rendre les contrôles plus sévères sur les produits distribués en Belgique. Pour la députée Catherine Fonck, cheffe de groupe CDH à la Chambre, il faut même, au nom du principe de précaution, interdire la vente des produits considérés comme à l’origine de ces décès « jusqu’à preuve de leur innocuité. Car les soupçons qui pèsent sur leur rôle dans le décès de ce jeune homme et les certitudes qui nous viennent des Etats-Unis doivent nous amener à revoir la position de la Belgique. »

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct