Angoissant ou poétique, rassurant ou révoltant, le mur inspire…

Anton Kannemeyer, «
Free Nelson Mandela
». © Huberty & Breyne Gallery.
Anton Kannemeyer, « Free Nelson Mandela ». © Huberty & Breyne Gallery. - Huberty & Breyne Gallery.

En 1982, Enki Bilal dessine le port-folio Die Mauer . Le 9 novembre 1989, à la chute du Mur de Berlin, l’artiste voit « la fin d’une abomination, d’une monstruosité, d’un siècle malade, de l’affrontement entre deux idéologies », celle du bloc communiste à l’Est, et de son rival capitaliste à l’Ouest. La fin de ce qu’on appelait la « Guerre froide » soulève un immense espoir de réconciliation, de paix et de prospérité dans l’Europe entière.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct