Antony Gormley à la Royal Academy: la trace des corps dans l’espace

«
Matrix III
» créé spécialement pour la Royal Academy a des allures de nuage noir formé de barres à béton recyclées en une succession de cages donnant l’impression d’un dessin d’architecte géant suspendu dans les airs. © D.R.
« Matrix III » créé spécialement pour la Royal Academy a des allures de nuage noir formé de barres à béton recyclées en une succession de cages donnant l’impression d’un dessin d’architecte géant suspendu dans les airs. © D.R. - D.R.

En heurtant du pied le bébé recroquevillé sur le sol, la jeune femme a poussé un cri. Effrayée par cette petite chose fragile abandonnée dans la grande cour intérieure de la Royal Academy. Mais aussi surprise par la douleur ressentie. C’est que le bébé en question est une masse de fer sculptée aux exactes proportions de la petite fille d’Antony Gormley à l’âge de six jours. Une première surprise dans cet espace extérieur où les artistes essaient souvent de s’imposer par le biais d’œuvres monumentales. Gormley, au contraire, a posé là ce corps minuscule, paisiblement endormi sur les pavés gris.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct