Jean-Pierre Hansen au «Soir»: «Je suis un intermittent du service public»

«
Il n’y a que l’action publique qui peut concilier l’affirmation de liberté de petits groupes et la préservation de l’intérêt collectif.
»
« Il n’y a que l’action publique qui peut concilier l’affirmation de liberté de petits groupes et la préservation de l’intérêt collectif. » - Dominique Duchesnes.

Il est né en 1948 à l’ombre de la sidérurgie, à Athus, et a terminé sa carrière en tant que membre éminent du capitalisme français, vice-président du géant Engie. Entre les deux, un parcours d’ingénieur dédié tout entier ou presque à l’électricité, qu’il retrace au sein d’une biographie originellement dédiée à ses petits-enfants. Une biographie incomplète, cependant, car Jean-Pierre Hansen a choisi de se consacrer désormais au service public, acceptant notamment dernièrement la fonction d’administrateur de Nethys, chargé de sortir le groupe public liégeois de l’ornière.

Vous vous qualifiez d’« intermittent du service public ». Curieuse reconversion pour quelqu’un qui a effectué toute sa carrière dans le privé…

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct