Comment rendre de l’air à ceux dont le souffle est coupé

Comment rendre de l’air à ceux dont le souffle est coupé

Reportage

Regardez, je vais trottiner. » José, 48 ans, monte sur le tapis roulant qui augmente sa vitesse progressivement. Juste pour quelques minutes, entre plusieurs périodes de marche. Banal ? Pas vraiment. Il y a trois ans, José a développé une pneumonie sur une grippe qui a dégénéré. Son diaphragme a été plicaturé, ce qui a provoqué le fait qu’il doive compter sur une machine extérieure pour faire fonctionner ses poumons, à l’hôpital puis chez lui. « On est suspendu à la machine, on est étendu tout le temps. » La saturation de son sang en oxygène tombe à 52, alors qu’il est proche de 100 pour les individus en bonne santé. Cela veut dire que son sang apporte moins d’oxygène à ses organes, à son cerveau, ses muscles.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct