«Le Parlement a pris conscience qu’il faut être ouvert aux citoyens»

Le bâtiment du parlement européen, le Caprice des Dieux, se fait vieux, ce ne sera pas un mince chantier.
Le bâtiment du parlement européen, le Caprice des Dieux, se fait vieux, ce ne sera pas un mince chantier. - Pierre-Yves THIENPONT

Parmi les réflexions en cours au niveau du commissariat : l’attractivité du quartier européen. « Cela va déjà beaucoup mieux, notamment parce que la Région a réussi à ramener des logements dans le périmètre, se réjouit Alain Hutchinson. Avant, tout s’éteignait quand les bureaux se vidaient, les restaurants étaient fermés le soir et le week-end… Les institutions, singulièrement le Parlement, ont par ailleurs pris conscience de la nécessité de s’ouvrir aux citoyens. C’est une démarche qui attire beaucoup de monde. » Et de prendre pour exemples les succès de fréquentation du Parlementarium – « ils sont 400.000 visiteurs par an » – et la Maison de l’histoire européenne. « Eux, ils accueillent 200.000 personnes sur une année, de plus en plus de jeunes, qui viennent de toute l’Europe… Un peu moins de Belgique ou de Bruxelles. Il faut qu’on sensibilise nos écoles », insiste le commissaire.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct