Orel Mangala, le rescapé qui valait 30 millions

Orel Mangala, le rescapé qui valait 30 millions

Son sourire contagieux (« J’essaye toujours de transmettre ma bonne humeur ») masquerait presque les quelques cicatrices qu’il porte sur son visage. Des balafres comme marques de son passé, d’une enfance qui a failli basculer à l’âge de deux ans. « On était revenu de la foire du Midi avec ma famille », narre Orel Mangala, natif d’Etterbeek. « De ce que je me souviens, mon frère a traversé la route et j’ai voulu le suivre. C’est là que la voiture m’a percuté. » Les médecins sont sceptiques et estiment qu’il ne pourra plus remarcher. Mais à force de persévérance, poussé par ses parents, Orel Mangala retrouve non seulement l’usage de ses jambes dans les mois qui suivent, mais il poursuit aussi son rêve de devenir footballeur.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct