ZAD d’Arlon : veni, vidi, non sum persuasum

Les zadistes vont oublier leurs premières tentes pour du plus dur. Comme leur combat...
Les zadistes vont oublier leurs premières tentes pour du plus dur. Comme leur combat... - J.-L. B.

Cela fait désormais trois semaines que des zadistes occupent la sablière de Schoppach, leur « zad » (zone à défendre). Depuis lors, aucune entrevue n’a eu lieu entre les deux parties opposées, les propriétaires (Idélux, Ville d’Arlon) et les occupants zadistes illégaux. Une rencontre devait avoir lieu, c’est ce que les premiers nommés avaient dit à la presse samedi dernier.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct