Des actes plutôt que des discours

Ce n’est pas un duel Bouchez-Ducarme. Ne cherchez pas les déclarations chocs. Tout d’abord, parce que les trois femmes politiques que nous avons rassemblées ne s’affrontent pas. Bien au contraire : ce qu’elles cherchent, c’est à travailler ensemble, à combattre les écueils de l’éparpillement des compétences. Ensuite parce qu’elles veulent croire que l’urgence de la lutte contre les violences faites aux femmes s’impose à tous, quels que soient les partis.

Pas de gouvernement fédéral ? Qu’à cela ne tienne : le gouvernement en affaires courantes peut répondre à leur invitation d’une conférence interministérielle. Et en attendant, il y a du travail à leur niveau de compétences. Des partis ne sont-ils pas moins porteurs de ce combat, certains hommes ne traînent-ils pas les pieds ? Pas forcément…

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct