Les misérables La colère, le chaos et les cris

<span>Les misérables</span> La colère, le chaos et les cris

Une bande de gamins des banlieues, gavroches des temps modernes, descend sur les Champs-Elysées pour célébrer la victoire de l’équipe de France à la Coupe du monde de football. Cet événement fédérateur lance Les Misérables. La fin du film est ponctuée par une phrase de Victor Hugo : « Mes amis, retenez ceci, il n’y a ni mauvaises herbes ni mauvais hommes. Il n’y a que de mauvais cultivateurs. » Entre ces deux moments, Stéphane, tout juste arrivé de Cherbourg pour intégrer la brigade anticriminalité de Montfermeil, dans le 93, et faire équipe avec Chris et Gwada, deux bacqueux d’expérience, font face aux différents groupes du quartier.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct